pochette Louis Vuitton damier

Les grands classiques de la maison Louis Vuitton

Cette maison qui fabriquait des malles est née à l’aube de la Révolution Industrielle. Intimement liée au(x) voyages(s), elle sait s’adapter aux défis qu’imposent les nouveaux modes de transports et les besoins d’une société toujours plus exigeante en matière de confort, de bien-être et de beauté… Présentation des grands sacs de la marque Louis Vuitton.

 

L’Atelier 23/11 et les sacs Louis Vuitton : une grande histoire d’amour

En un an d’activité, nous sommes intervenus sur plusieurs centaines d’accessoires en cuir de toute sorte. A nos yeux, amateurs de beaux objets et de belles factures, tous ces sacs et autres accessoires constituent un véritable trésor. Et dans cette multitude de sacs, une poignée d’entre-eux sont identifiables au premier coup d’œil. « Les Vuitton » en font partie : la toile monogram ou le damier ébène sont souvent les premiers éléments d’identification. Ces petits détails apportent d’ailleurs une vraie valeur affective à ces sacs, auprès des personnes qui les portent.

Entre nos mains, nous avons vu passé plusieurs modèles de la célèbre maison LV. Nous tenions à vous montrer une des personnalisation réalisée en atelier. Il s’agit d’une pose de fermeture éclair et la création d’une bandoulière sur-mesure.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par l’atelier23/11 (@latelier_2311) le

 

Les historiques

 

Le Sac plat

En 1860 c’est le « premier sac » du malletier Louis Vuitton. C’est une sorte de sac semi-rigide en format cabas. Il est destiné aux hommes d’affaires qui se déplacent avec « leurs papiers ». Epuré, pratique, élégant et léger, le Sac Plat s’impose comme un long seller de légende.

 

La Petite Malle

Conçue pour un banquier un peu avant 1900, elle nous renseigne sur la capacité de la maison à répondre à des commandes particulières, à concevoir du sur-mesure et à le décliner pour le plus grand nombre.

 

Le Steamer bag de 1901

C’est un haut de courroie en toile de coton souple, pratique et élégant. Il devient l’accessoire moderne indispensable du gentleman qui voyage. Aujourd’hui, comme beaucoup d’autres classiques de la maison Louis Vuitton, il se décline en toile monogram, en VVN, …

Ces premiers modèles sortis des malles et repensés par Gaston-Louis Vuitton au début du 20e siècle illustrent le caractère et l’ingéniosité de la maison. Elle s’inspire de modèles de sacs utilitaires qu’elle commercialise déjà dans ses malles, et les adapte aux besoins de la clientèle selon l’époque.

Aujourd’hui encore, nombre de ces modèles figurent en bonne place des podiums Louis Vuitton aux côtés de nouvelles créations. Des intemporels !

 

Les basiques

A partir des années 30, Gaston Louis Vuitton se consacre à la conception de nouveaux sacs qui s’intègrent à l’usage qu’il presse croissant de l’automobile. En 1932, la maison présente le Keepall, le Speedy et le Noé.

Les premiers sont présentés aux clients comme de simples sacs d’appoint. Dans les années 60 ils sont disponibles en toile monogram, et sont entre temps devenus « les sacs de loisir », les sacs de week-end et de voyage cabine par excellence.

Perfectionnés et cousus dans les meilleures toiles et les plus beaux cuirs, ils gardent l’esprit du sac de nuit (effets personnels « court séjour »), l’ergonomie et la contenance du sac de chasse. Dans leur sillage est né dans les années 60 le modèle Papillon plus épuré, plus urbain et qui se décline lui aussi dans toutes les gammes, collections et couleurs.

 

Le Noé (Seau Noé)

Connu pour avoir été conçu afin de contenir 5 bouteilles de champagne portées en bandoulière, il produit son effet en 1990 quand il apparaît. Chic et moderne, il allie fonctionnalité, résistance et contenance. Son succès préfigure le renouveau de la maison et la position dominante qu’elle occupera à l’avenir dans l’univers du luxe.

Aujourd’hui le Néonoé s’inscrit dans la lignée du sac marin des années 30 comme du sac de plage des années 60. Souple, pratique, simple, et épuré, il fait partie des classiques de LV.

 

L’Alma

L’Alma quant à lui aurait été dessiné en 1992 comme un hommage architectural de GLV au célèbre pont parisien unissant deux quartiers non moins célèbres de la capitale. C’est un sac rigide type sac à main, qui accompagne la femme de jour comme de nuit, est régulièrement revisité et constitue un sac incontournable de Louis Vuitton.

 

La fabrique à it-bag

Depuis, le Neverfull est le cabas des années 2000. Il se prête aisément à un multi-usage urbain. De la lignée Steamer et Sac plat, il apparaît en même temps que le Lockit. Ce dernier se caractérisant notamment par son système de verrou.

Post a Comment